COLLOQUE DE RESTITUTION – Les enseignements du LIFE Alister

30 octobre 2018
 

Rappelons que le LIFE Alister est un programme expérimental de sauvegarde du Grand hamster, financé à 50% par la Commission européenne et à 25% par l’État. Il a été élaboré pour réfléchir à des solutions qui permettraient de sauver une espèce qui fait partie aujourd’hui des mammifères les plus menacés d’Europe à ce jour. En complément des Plans Nationaux d’Actions (PNA) visant à consolider les populations sauvages à court terme, le LIFE Alister a vocation à expérimenter les pratiques favorables au maintien du Grand hamster à long terme.

  

Les fondements des prochaines actions de sauvegarde du Grand hamster

Le LIFE Alister a cherché à identifier les solutions qui puissent rendre compatibles la préservation de l’espèce à un niveau viable à long terme, et les objectifs de développement technico-économiques des agriculteurs. Elles serviront de référence à un nouveau système de protection du Grand hamster, potentiellement transposable à d’autres espèces en Europe. D’ores et déjà, le LIFE Alister ouvre la voie pour poursuivre les actions de conservation de l’espèce. Ces résultats ont pu être valorisés dans l’actuel PNA, notamment à travers la MAE collective Grand hamster et ont largement alimenté la rédaction du 4ème PNA, qui a débuté fin octobre.

Il fera également l’objet d’une restitution de résultats au niveau européen en février 2019.

Laurent Darley et Bernard Gerber

Laurent Darley, Directeur adjoint de la DREAL Grand Est et Bernard Gerber, vice-Président de la Commission Environnement Région Grand Est, félicitent les partenaires du LIFE Alister pour avoir réussi à former une équipe qui fonctionne bien et qui est devenue une réelle communauté de travail qui ne demande qu’à continuer ensemble leurs actions de préservation du Grand hamster. (de gauche à droite)


 

De nouvelles méthodes de travail

La présentation des enseignements du LIFE Alister a également été l’occasion d’évoquer les changements générés par ce programme sur le mode de fonctionnement des acteurs de la sauvegarde de la biodiversité en Alsace. Il a fallu bousculer beaucoup d’habitudes, de croyances et de postures pour imaginer des modes de travail concertés et efficaces. Arbres de décisions, réunions de concertation, création d’une CUMA réunissant des agriculteurs aux pratiques agricoles variées, suivi de terrain, pédagogie et sensibilisation sont des outils qui ont été créés pour co-construire des solutions contribuant à sauver le Grand hamster et à améliorer la biodiversité en plaine d’Alsace.

Francis Humann

Témoignages des agriculteurs lors de la Table Ronde 1 (de gauche à droite)
Francis Humann, agriculteur et vice-Président de la CUMA de la Plaine : «La CUMA a favorisé les échanges entre les agriculteurs. On se dit ce qui marche ou pas.»
Laurent Fischer, agriculteur et Président de l’association AFSAL : «Ce qui est remarquable, c’est que tout s’est fait sur la base du volontariat. Il n’y a pas eu taxation, pas d’interdiction.»
Vivien Ehrhart, agriculteur : «Ce n’est pas facile de faire des expérimentations. Les autres agriculteurs regardent et quand ça ne fonctionne pas, ils ne se gênent pas pour faire des critiques ! ».


 

Des enseignements déjà mis en application

Plusieurs des résultats du LIFE Alister font déjà l’objet de changements de pratiques, que ce soit dans le domaine agricole ou pour la construction de passages à faune (voir tables rondes 1 et 2). D’autres enseignements permettent de mieux connaître la biologie de l’espèce et également d’améliorer les techniques de suivi de l’animal.

ateliers

Présentation des tests de biologie des sols par la Chambre d’agriculture Alsace


 

Une aventure humaine

Ce programme avait dès le départ affiché l’objectif ambitieux de promouvoir une approche innovante de la protection du Grand hamster. On peut dire que dans les domaines de l’agriculture, l’expérimentation en périurbain et l’information du public en particulier, il y a eu de l’audace. Dans la recherche de solutions favorables au Grand hamster et compatibles avec l’activité humaine, les acteurs du LIFE Alister sont des pionniers. Pour la première fois, le monde agricole, les chercheurs du CNRS et l’ONCFS ont travaillé ensemble pour mettre en commun leurs résultats, croiser les connaissances de la biologie de l’espèce et les contraintes agronomiques. Ce projet a mis l’accent sur la nécessité absolue d’un travail multipartenarial.

partenaires life alister

Un échantillon des partenaires du LIFE Alister avec les agriculteurs ayant participé aux ateliers de l’après-midi, et Bernard Gerber, vice-Président de la Commission Environnement Région Grand Est.

Share Button
Sur le même sujet