La couverture végétale un atout pour le sol…et pour le Grand hamster

29 juin 2018
 

En zone vulnérable, lorsqu’une culture est récoltée avant le 1er septembre, il est obligatoire d’implanter un couvert piège à nitrates. Cette obligation peut paraître contraignante et coûteuse mais il s’agit d’un réel investissement agronomique. Y compris dans la zone hamster où les couverts multi-espèces permettent de préserver l’habitat de ce mammifère.

 

Le couvert végétal est bon pour le sol

Le premier objectif d’une couverture végétale du sol est de capter les éléments nutritifs résiduels par la croissance du couvert. Non lessivés, ces éléments seront restitués à la culture suivante préservant ainsi la qualité des eaux souterraines. Un couvert végétal améliore la fertilité du sol. Le système racinaire du couvert réorganise la structure du sol notamment lorsque plusieurs types racinaires sont présents. Le sol s’enrichit en matière organique ce qui améliore la portance et le protège contre l’érosion. Il existe d’autres atouts à ces couverts : la limitation des adventices via une concurrence pour l’eau et la lumière ou l’allongement de la période où les épandages sont possibles.

 

Mélanger les espèces pour multiplier les atouts

Il est intéressant d’introduire des espèces différentes de celles présentes dans la rotation en place. Les associations d’espèces permettent de multiplier les avantages agronomiques et de régulariser la production de biomasse. L’association tournesol, trèfle d’Alexandrie et avoine rude à part égale dans le mélange est un bon compromis entre avantage agronomique et coût (40 €/ha). Les conditions d’implantation pour la PAC 2018 ont évolué. Il faut toujours semer deux espèces pour que le couvert soit comptabilisé comme une surface d’intérêt écologique mais l’implantation doit être réalisée au plus tard le 20 août et le couvert doit être présent au moins deux mois.

IMG_5782

 

La nouvelle MAE s’inspire des essais du LIFE Alister

En 2018, cinq zones collectives intègrent la nouvelle mesure agro-environnementale (MAE) hamster, qui impose le semis d’une CIPAN avant le 1er août ; celle-ci doit être composée d’au moins une graminée, une légumineuse et du tournesol, sur 50% des surfaces en céréales à paille d’hiver de la zone collective. Ces couverts jouent un rôle protecteur et nourricier pour le Grand hamster d’Alsace.

En 2017, dans le cadre du projet LIFE Alister, la CAA a expérimenté trois mélanges, semés après déchaumage classique ou par semis direct. Ces mélanges ont présenté des avantages divers concernant la production de biomasse, la lutte contre les adventices…

 

Extrait de l’article paru dans EAVPHR le 22 juin 2018, ses auteurs : Sophie Quie, Annabelle Revel-Mouroz et Baptiste Faifer de la Chambre d’Agriculture d’Alsace

4P CIPAN

 Lire l’article dans son intégralité

 

Télécharger le 4 pages Conseils « couverts végétaux » édité par la Chambre d’Agriculture Alsace

Share Button
Sur le même sujet