Le LIFE Alister finance un rouleur-écraseur

22 décembre 2017
 

La CUMA de la Plaine qui est ouverte aux agriculteurs de la zone de protection stricte du Grand hamster, vient d’acquérir une nouvelle machine qui a fait l’objet d’une démonstration début novembre. Cet équipement a été financé dans le cadre du projet LIFE Alister.

Un rouleur-écraseur ?

tracteur-coteLes CIPAN (cultures intermédiaires pièges à nitrates) font partie intégrante des études sur les actions de préservation tracteur-facedu Grand hamster menées par l’ensemble des partenaires du LIFE Alister. Ces engrais verts semés après la récolte présentent en effet différents aspects positifs pour l’animal : ils le nourrissent et ils le protègent des prédateurs. Mais ces cultures intermédiaires ont bien d’autres avantages : elles améliorent la structure des sols, les protègent contre l’érosion et elles les enrichissent en matière organique. Bien gérées, c’est un véritable bénéfice pour la biodiversité et également pour l’agriculteur.

Alors pourquoi s’en priver ? Le risque majeur est de voir ces espèces monter en graines et concurrencer les cultures de printemps suivantes. Il faut par conséquent trouver le moyen de les détruire, sans pour autant avoir recours à des produits de synthèse. C’est là qu’entre en scène le rouleau-écraseur. Cette machine couche et brise les végétaux ce qui les rendra plus sensibles aux gelées et permettra une destruction naturelle par le froid. En laissant les déchets organiques sur le sol, on favorise également l’enrichissement de matière organique dans le sol.

Un outil qui vient en complément des essais agronomiques

14 agriculteurs ont testé différents mélanges de CIPAN. Le choix des espèces entrant dans la composition des mélanges prenait en compte les besoins des Grands hamsters (étude alimentation CNRS). Comme nous pouvons le voir sur les photos, les couverts ont atteint de belle taille !

En termes de production de biomasse, les premiers résultats font apparaître l’intérêt de planter précocement les CIPAN qui ainsi profitent d’un cumul plus important de température et de pluviométrie.  En effet, malgré les précipitations déficitaires de plus de 10 % en Alsace par rapport aux normales, les CIPAN semées avant le 25 juillet présentent une biomasse plus importante (jusqu’à près de 50% en plus pour le mélange n°1 !). Ce constat est également favorable au Grand hamster qui ainsi se retrouve moins longtemps avec un sol nu après la récolte.

cipab-gp

Phacélie (présente dans les mélanges 1 et 3)

Voici les premières conclusions de cette expérimentation

  •  Plus le semis des CIPAN est précoce, plus la production de biomasse est importante, car les couverts précoces profitent d’un cumul de température et de pluviométrie plus important. Cette tendance est d’autant plus forte avec le mélange n°1, et moins marquée avec le mélange n°2.

cipan

  • La technique d’implantation (déchaumage ou semis direct) ne semble pas avoir trop d’incidence sur le développement du couvert, mais le déchaumage semble favoriser en revanche le développement des adventices par rapport au semis direct.

Des analyses plus poussées des couverts permettront de dégager des informations sur les éléments minéraux présents dans les plantes.

A titre d’information, le tableau des mesures moyenne de biomasse au 12/10/2017 actualisé :

periode-semis

tracteur-cipan

agriculteurs-cipan

Une matinée de démonstration a été organisée le vendredi 3 novembre 2017 par la Chambre d’agriculture d’Alsace. Quelques-unes des parcelles de l’expérimentation « CIPAN précoce 2017 » à Dorlisheim, et à Griesheim-près-Molsheim ont été présentées aux agriculteurs présents. 

Share Button
Sur le même sujet