Zoom sur quelques actions de préservation du Grand hamster en images

26 mars 2019
 

L’ONCFS est un partenaire engagé dans le dossier hamster depuis 1996. Les missions qui lui sont confiées sont diverses et permettent à la fois d’évaluer l’état des populations à travers le dénombrement des terriers de l’espèce, de comprendre les raisons du déclin via le suivi d’individus et de renforcer les populations les plus fragiles. Trois vidéos ont été réalisées afin de mettre en lumière ce travail.

A la recherche des terriers, un indicateur de l’état des populations

Tous les ans, en sortie d’hibernation du Grand hamster, les agents de l’ONCFS parcourent les champs de luzerne et de céréales d’hiver pour repérer les terriers de l’animal. Cela permet ensuite d’établir des cartes de répartition de l’espèce et d’évaluer l’évolution des populations. C’est ainsi que l’on a pu faire part du déclin de cette espèce. Mais ces données de localisation de Grand hamster sont un outil indispensable à la préservation de celle-ci. En effet, tous les ans, elles sont présentées aux agriculteurs qui peuvent alors collectivement choisir de l’emplacement de cultures favorables à proximité des terriers. Cet ajustement des mesures affiné en fonction des suivis de l’espèce montre déjà des résultats encourageant. Depuis quelques années, nous observons une relative stabilisation à la fois au niveau des effectifs et de la répartition des Grands hamsters.

Sans-titre-1

Comprendre les besoins de l’espèce pour mieux adapter les outils de conservation

Pour adapter les outils de conservation au besoin de l’espèce, il faut évaluer leur impact sur des paramètres biologiques, tels que la survie et la reproduction. Et cela passe notamment par le suivi d’individus marqués. A l’aide d’un récepteur et d’une antenne à télémétrie, l’ONCFS peut suivre les déplacements de ces hamsters, de terrier en terrier, jusqu’à leur entrée en hibernation ou leur mort. A l’aide de pièges photographiques posés à l’entrée, nous pouvons observer l’émergence de nouvelles portées et estimer le taux de reproduction des femelles. C’est ainsi que, dans le cadre du projet LIFE Alister, nous avons pu faire quelques recommandations quant aux pratiques agricoles favorables à l’espèce.

Sans-titre-2

Sans-titre-3

Renforcer les populations les plus fragiles

Trois quart des populations de Grand hamster en Alsace sont encore en faible densité et parfois déconnectées les unes des autres. Il faut alors renforcer ces populations via le relâché d’animaux. Depuis 2003, l’ONCFS met en œuvre un programme de renforcement à partir d’individus provenant de trois élevages : le Naturoparc, le CNRS DEPE et Sauvegarde Faune Sauvage. Les hamsters sont relâchés dans des terriers artificiels, au sein de parcelles clôturées et dont la céréale d’hiver ne sera pas moissonnée. Cela doit leur procurer un premier gîte et une protection contre les prédateurs. Grâce aux recommandations faites dans le cadre du programme LIFE Alister, une bande de couvert diversifié est également semée dans ces parcelles afin de leur procurer une ressource alimentaire adéquate.

Sans-titre-4

Les trois vidéos seront disponibles sur la chaîne YouTube de l’ONCFS dès ce printemps.

Voir également volet agricole, préservation du Grand hamster , réintroduction de Grands hamsters en plaine d’Alsace , captures et suivi de Grands hamsters par l’ONCFS

Share Button
Sur le même sujet