Table Ronde 1

18 octobre 2018
 

Comment développer les cultures et pratiques agricoles favorables aux agriculteurs et au Grand hamster ?

Cette table ronde correspond au volet agricole du projet et à l’axe « Améliorer l’habitat du Grand hamster » Ces actions ont pour objectif d’identifier, tester, évaluer et diffuser la pertinence de pratiques agricoles pérennes adaptées aux conditions pédoclimatiques locales, favorables au hamster et compatibles avec les contraintes techniques et économiques des exploitations agricoles. Elles se basent d’une part, sur des études et tests préalables, et, d’autre part, sur une définition partenariale des pratiques à expérimenter en milieu ouvert associant les agriculteurs en amont de la démarche.

 

Présentation des enseignements du LIFE Alister par les partenaires 

La Chambre d’agriculture Alsace : Annabelle REVEL-MOUROZ Conseillère spécialisée en protection de milieux (Service environnement et innovation) le CNRS : Caroline Habold Chercheure à l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC) du CNRS Strasbourg, responsable du département d’écologie, de physiologie et d’éthologie (DEPE) et l’ONCFS : Charlotte Kourkgy Ingénieure spécialisée Faune de Plaine-Cellule technique

Charlotte   Caroline

anabelle

 

 

 

Constat fait par la Chambre d’agriculture Alsace, le CNRS et l’ONCFS : toute monoculture, que ce soit du maïs ou du blé, est défavorable au Grand hamster.

 

 

Parmi les enseignements de cet axe de travail, il est à noter les résultats importants et surprenants concernant l’alimentation du Grand hamster. Les recherches menées en France par Mathilde Tissier et Caroline Habold, CNRS Institut Hubert Curien (IPHC), ont ouvert la voie d’une piste concernant l’apport vitaminique et plus précisément la carence en vitamine B3 dans une alimentation à base de maïs. La monoculture en général empêcherait l’animal (mais d’autres espèces également) de varier son alimentation ce qui provoquerait de graves carences et pourrait expliquer les difficultés de reproduction.


Cette recherche d’équilibre alimentaire a conduit la Chambre d’agriculture Alsace à exploiter plusieurs pistes de cultures intermédiaires et de travail du sol innovant qui ont permis de mettre en lumière l’impact de ces techniques sur la qualité des sols. C’est notamment par ce biais que plusieurs agriculteurs ont rejoint les expérimentations du LIFE Alister. Ainsi ils ont pu tester du matériel innovant privilégiant un travail cultural simplifié (au sein de la CUMA de la Plaine) mais ils ont également pu mesurer tout l’intérêt d’une couverture des sols pour la production de biomasse, la meilleure résistance aux aléas climatiques (fortes pluies, sécheresse des sols…) et le développement de la microfaune (carabes, collemboles, vers de terre). 

Figure 1 photo des enclos   Ecraseur

Image 1 : test des régimes alimentairesdes Grands hamsters en conditions semi-contrôlées

Image 2 : destruction mécanique du couvert végétal par le Rolofaca de la CUMA de la Plaine

Image 3 : suivi des Grands hamsters par télémétrie

_MG_4793

 

L’effet des pratiques améliorées sur le Grand hamster a été évalué par l’ONCFS grâce à la capture, au marquage et au suivi de hamsters sauvages présents sur des parcelles expérimentales. La survie, la reproduction et les déplacements des individus marqués ont été suivis dans des parcelles de blé et de maïs, cultivées soit en agriculture conventionnelle, soit avec des pratiques innovantes. Tout au long de l’année, l’ONCFS a également effectué un suivi fin de la végétation pour identifier les périodes durant lesquelles un couvert d’alimentation et/ou de protection vis-à-vis des prédateurs était présent sur les parcelles expérimentales.

Ce suivi a en particulier permis de montrer que l’implantation au printemps de trèfle sous couvert du blé pouvait procurer un couvert d’alimentation favorable au hamster dès la moisson. Il a également permis d’observer de la reproduction dans des parcelles de maïs. Enfin, il a permis de montrer que certains hamsters restaient toute la saison sur la même parcelle (intérêt d’une diversité végétale dans la parcelle et ses abords), tandis que d’autres pouvaient parcourir des distances de plusieurs centaines de mètres pour utiliser les parcelles voisines plus favorables (intérêt d’une diversité de cultures dans le paysage agricole).

 

Présentation PPT de ce volet 1 à télécharger ICI

 

Participants aux discussions (de droite à gauche)

Anne Gautier, cheffe du service Agriculture de la Direction Départementale des Territoires 67

Vivien Ehrhart, agriculteur ayant participé aux expérimentations LIFE Alister

Laurent Fisher, agriculteur, Président de l’AFSAL et élu à la Chambre d’Agriculture d’Alsace

Francis Humann, agriculteur ayant participé aux expérimentation LIFE Alister et vice-président de la CUMA de la Plaine

Julien Eidenschenck, chef de projet Hamster et chargé de coordination LIFE Alister

 

« Le LIFE ALISTER a marqué un tournant dans la façon d’aborder la biodiversité, tout s’est fait sur la base du volontariat et ça c’est très important  » Laurent Fischer, agriculteur et président de l’AFSAL

agris

 

Informations complémentaires et articles sur le site web du LIFE Alister, onglet le Projet LIFE Alister/ les actions du LIFE / Améliorer l’habitat du Grand hamster et détail des échanges dans la rubrique « Les Actes du colloque »

Share Button