Zoom sur le terrier du Grand Hamster*

23 février 2015
 

Le Grand hamster reste un animal très mystérieux, qu’il est rare d’observer à l’état sauvage. Ceci s’explique par le fait qu’il vit principalement sous terre et sort en surface majoritairement à l’aube ou au crépuscule.

Qu’en est-il donc de ce terrier, où il passe plus de 80% de son temps ?

Terrier hamster

Il s’agit d’un terrier étendu et très organisé, situé à 80 cm de profondeur en été et comprenant plusieurs « pièces » d’utilité très spécifique : une ou deux zones de repos et de reproduction (1), un garde-manger (2) et on y retrouve même des « toilettes » (3) ! Le terrier dispose également de nombreuses galeries permettant au hamster d’avoir des sorties de secours en cas de pénétration d’un prédateur dans son terrier.

Comment fait-il pour creuser sur une si grande surface en profondeur ? La réponse en vidéo…

 

 

  1. Il ronge le sol avec ses dents (et n’est donc pas un rongeur pour rien !)
  2. Il creuse avec les pattes avant
  3. Il évacue la terre par les pattes arrière, via un petit mouvement du corps

Ainsi, lorsqu’il est en train de creuser son terrier, on le voit parfois ressortir en marche arrière, le museau plein de terre.

Parfois, lorsqu’il est en profondeur, il lui arrive également de creuser uniquement avec les dents, puis de remplir ses abajoues de terre pour venir les vider à la sortie.

Mais que fait le Grand Hamster en hiver ?

Hamster au fond du terrierLors de la mauvaise saison, le hamster se réfugie dans son terrier, où il est à l’abri du froid et de la neige. En hiver, son terrier est à environ 2m en-dessous de la surface du sol. A cette profondeur, la température avoisine les 10°C, et reste constante même en cas de grand froid en plaine. Il va alors entrer en hibernation, qui est un processus lui permettant d’économiser de l’énergie en diminuant son activité et sa température corporelle. En effet, elle passe de 37°C en période d’activité à 12-15°C en période d’hibernation, lorsque la température ambiante est de 10°C.

* Par Mathilde Tissier (doctorante au CNRS, sous la co-direction de Caroline Habold et Yves Handrich)

Share Button
Sur le même sujet