Le suivi des Hamsters introduits en zone périurbaine.

21 août 2017
 

L’Eurométropole compte quelques nouveaux habitants, un peu spéciaux. Ce sont des Grands hamsters, lâchés par le CNRS il y a un peu plus d’un mois à Schiltigheim et à Holtzheim. Le contexte est critique, car le territoire naturel de ce rongeur emblématique a presque totalement disparu. Il s’agit de trouver un habitat propice à l’établissement de populations de cette espèce menacée, dans l’optique d’une recolonisation ultérieure de son milieu naturel. Quarante femelles ont été réparties sur deux sites en périphérie de la capitale européenne. A présent, l’étude suit son cours.

 

Une expérience inédite 

Cette étude est une première. Dans le cadre du LIFE Alister,  les chercheurs du CNRS testent l’adaptabilité du Grand hamster, espèce habituée aux zones rurales, dans un milieu qu’il découvre pour la première fois : la ville. Pour ce faire, un protocole de suivi très précis a été établi. Les Hamsters doivent être recensés et localisés le plus précisément possible.

Voici le programme type d’une session de suivi pratiquée par les scientifiques quatre fois par semaine.

Ces animaux étant crépusculaires, les chercheurs arrivent sur le terrain aux alentours de dix-huit heures. Ils commencent alors par de la prospection : ils quadrillent l’intégralité de la surface des sites et leurs environs à la recherche de terriers de hamsters. Chaque terrier potentiel est localisé dans l’espace grâce à un point GPS.

KODAK Digital Still Camera

Les terriers de hamster sont beaucoup plus imposants que les terriers de campagnols ou de rats gris, et ils peuvent descendre presque verticalement.
 

Trois systèmes de détection pour une plus grande fiabilité

  •  Des pièges à traces. Ils servent à déterminer s’il y a présence d’un hamster sur une zone. L’avantage de cette technique est que les pièges à traces sont faciles à fabriquer en nombre et peu onéreux. Ainsi, deux pièges à traces peuvent être positionnés devant chaque terrier si les conditions climatiques sont propices. En général, les scientifiques les laissent sur le terrain pendant plus de 24 heures. Si les chercheurs constatent des traces au moment du relevé, ils déterminent de quelle espèce il est question grâce à une clef de détermination. Ils peuvent ainsi comparer les traces qu’ils ont recueillies avec celles qu’un Grand hamster devrait laisser

KODAK Digital Still Camera

Exemple d’un piège à trace posé à proximité d’un terrier. Celui-ci est composé de deux feuilles en papier vierge qui ont pour rôle de réceptionner les traces. Entre celles-ci, un tampon sert à enduire les pattes des animaux qui passent dessus, pour qu’ils laissent une trace noire sur le papier blanc.

 

  • Des antennes. Un fil formant une boucle d’environ 3 mètres de longueur crée un champ de détection.  En général, ces dispositifs sont posés 4 heures devant un terrier.  Si un hamster passe entre les deux brins de l’antenne, celui-ci est identifié grâce à une puce spécifique à chaque individu (RFID). Ce système a donc l’avantage d’identifier les hamsters, cependant il est plus coûteux, et l’équipe ne dispose que de deux antennes.

KODAK Digital Still Camera

L’antenne est reliée à une valise noire qui affiche le numéro de la puce correspondant au hamster si celui-ci est passé entre les deux fils de la boucle. Cette valise noire est alimentée en énergie par une valise verte qui contient des batteries. Ainsi, l’antenne peut avoir une autonomie de dix à douze heures.

 

  •  Un système de micro-caméras infrarouges. Elles sont placées devant les terriers et filment pendant 5 heures. Des L.E.D. infrarouges permettent une bonne visibilité de nuit. Ainsi, lorsqu’un hamster passe devant la caméra, il est filmé et potentiellement identifié grâce à des bagues spécifiques sur ses oreilles. Les scientifiques disposent d’une vingtaine de caméras de la sorte, ce qui permet un suivi simultané d’un grand nombre de terriers.

KODAK Digital Still CameraKODAK Digital Still Camera
Les caméras se présentent sous la forme de boitiers, dans lesquels sont placés un système d’alimentation avec une batterie. La micro-caméra et les LED infrarouges sont fixées sur une surface rotative en dehors du boitier.

Ces trois dispositifs sont déployés en même temps, ce qui permet de quadriller au mieux le périmètre de déplacement des Grands hamsters. Aux alentours de minuit, les hamsters sont tous rentrés dans leur terrier, il est temps pour les scientifiques de remballer le matériel.

 

Un suivi de l’état de santé des animaux

 KODAK Digital Still Camera

Les pièges sont largement assez grands pour contenir un hamster ou toute sorte de rongeurs présents sur les sites. Lorsqu’ils sont posés, il faut impérativement vérifier régulièrement si un individu est bloqué dedans, et agir rapidement si c’est le cas.

 

Une fois par mois le piégeage des individus est programmé. Le protocole se résume à poser environ deux pièges par terrier. Des appâts composés de pommes et d’oignons sont placés au fond des pièges pour attirer les hamsters. Ces captures permettent de vérifier l’identité (grâce aux puces RFID) des individus,  de les localiser, et de vérifier leur état de santé en les pesant et en mesurant leurs membres. Cette manipulation se fait le plus rapidement possible, dans le but de stresser l’animal le moins possible. Tout est mis en œuvre pour son bien-être. Ensuite, ceux-ci sont relâchés dans leur terrier.

KODAK Digital Still Camera

 

 

 

 

 

La manipulation qui se fait en général de nuit, demande beaucoup de concentration de la part des chercheurs, elle se fait en dix minutes environ.

Le suivi des animaux est primordial. Il permet de récolter un maximum de données afin d’évaluer la pertinence d’une tentative d’introduction de l’espèce en milieu périurbain. Si l’étude montre que ces zones peuvent constituer un habitat alternatif au Grand hamster, ce sera alors une nouvelle piste pour sauver l’espèce. Des populations pourraient s’y développer avant de disperser pour rejoindre leur milieu naturel.

 

A lire sur le sujet :

http://www.grand-hamster-alsace.eu/laxe-periurbain-ca-avance/

http://www.grand-hamster-alsace.eu/le-projet-alister/les-actions/creer-de-nouvelles-opportunites-de-developpement/

Share Button
Sur le même sujet