La pollution lumineuse impacte-t-elle la physiologie et le comportement des Grands hamsters ?

4 octobre 2016
 

Lors de leur visite du projet LIFE Alister, des représentants de la Commission européenne Madame Païvi Rauma, responsable du suivi financier, et Monsieur Simon Goss, responsable du suivi technique de l’unité LIFE de la Commission européenne (voir portrait ici) ont visité les installations du CNRS (IPHC-DEPE).

Dans le cadre de l’action A5, une étude est en cours afin de déterminer précisément l’impact des nuisances anthropiques (principalement lumière artificielle nocturne) sur la survie de l’espèce. Des données récentes sur l’impact de la pollution lumineuse (cf. rapport sur l’éclairage et la biodiversité, juillet 2015) et du bruit urbain sur les espèces animales suggèrent que ces nuisances pourraient constituer un frein au développement des individus. Des effets négatifs de la pollution lumineuse sur le succès reproducteur ont été récemment mis en évidence chez le microcèbe* (Le Tallec et al., 2015). On sait également qu’une trop forte exposition au bruit entraîne (selon les espèces) une perte d’audition, une élévation des hormones de stress, de l’hypertension et un masquage partiel ou complet de l’information (Barber et al., 2009).

Concernant les hamsters, qui en tant qu’animaux nocturnes sont censés éviter les zones éclairées et ont besoin pour des contraintes hormonales d’obscurité totale, la question de l’impact de l’éclairage public sur leur physiologie se pose. Est-ce que ces conditions particulières d’éclairage perturbent leur cycle d’hibernation ? Les taux de reproduction en sont-ils affaiblis ?
Avant d’envisager d’introduire des animaux en milieu périurbain, il est indispensable de mesurer en conditions contrôlées les effets d’une pollution nocturne.

Les résultats de cette étude, s’ils sont positifs, constitueraient les premiers éléments d’un guide d’accueil du Grand hamster, rédigé à terme par le CNRS, à destination de communes « Hamster friendly » qui auront choisi d’accueillir des hamsters.

 

pollution lumineuse terrier

installation pollution lumineuse

Des hamsters sont actuellement élevés dans des conditions reproduisant l’intensité lumineuse de l’éclairage public. Ils bénéficient d’un terrier artificiel (la boite grise) mais doivent sortir pour chercher leur nourriture. Une seconde population est élevée de la même manière dans une autre salle sans éclairage nocturne, c’est la population dite « témoin » qui sert de contrôle à l’expérimentation.

 
 

* espèce de Lémurien

Share Button
Sur le même sujet